Annulation du Schéma Régional Eolien de Basse Normandie

lundi 27 janvier 2014

PROKON, installateur et gestionnaire de 54 Parcs éoliens industriels : Dépôt de bilan - Drame humain et financier - Scandale politique - 1 300 licenciements - 75 000 petits épargnants en passe de perdre leurs économies -. Une faillite de plus dans les énergies renouvelables en Allemagne où le gouvernement a choisi de baisser drastiquement les subventions afin de freiner la hausse du prix de l'électricité. Retrouvez, ci-dessous, dans la Lettre d'information de la Fédération Environnement Durable, les liens qui vous renvoient aux articles du site BATIACTU et du journal économique national LES ECHOS. INFORMEZ VOUS EN TOUTE INDEPENDANCE !


 

LETTRE D'INFORMATION :  27 janvier 2014

Bonjour,

Depuis plusieurs années, la Fédération Environnement Durable (FED) alerte les responsables politiques et les élus locaux sur les dangers des investissements dans les parcs éoliens dont la rentabilité artificielle ne tient qu'à des subventions et des avantages fiscaux.

La FED rappelle que le mécanisme de soutien à l’éolien français est basé sur des tarifs de rachat préférentiels de l’électricité et qu'il a été condamné en décembre 2014 par la Cour européenne de justice qui l’a jugé comme une aide de l'état. 

La faillite de la société allemande Prokom qui gérait 54 parcs éoliens et qui licencie 1 300 personnes démontre encore une fois que ce sont uniquement des mécanismes artificiels qui alimentent financièrement cette filière.
Elle met aussi en lumière le fait que des petits épargnants allemands crédules sont devenus actionnaires minoritaires de parcs éoliens et qu’ils se sont faits piégés par des promesses de rentabilité artificielle alléchante

La FED met en garde les dirigeants politiques et les élus français sur les risques d'implanter des éoliennes non rentables sur les communes de la France. Elle attire aussi leur attention sur la responsabilité qu’ils prennent  en cautionnant "l'éolien participatif" ou des petits épargnants risquent d’être spoliés comme le démontre l'exemple de cette  faillite.

BATIACTU
24/01/2014 


Dépôt de bilan dans l'éolien allemand
L'installateur d'éoliennes allemand Prokon a déposé le bilan, entraînant des pertes significatives pour les 75.000 petits épargnants qui constituaient son actionnariat. Une faillite de plus dans les énergies renouvelables outre-Rhin où le gouvernement a choisi de baisser drastiquement les subventions afin de freiner la hausse du prix de l'électricité.


Les ECHOS
Par Thibaut Madelin | 27/01/2014 |


En Allemagne, une faillite menace 75.000 petits épargnants
La faillite de la société d'éoliennes Prokon jette une lumière crue sur le marché « gris ».

La société Prokon possède 54 champs
                              éoliens et des installations de biomasse.
                              - Photo Shutterstock

La société Prokon possède 54 champs éoliens et des installations de biomasse. - Photo Shutterstock
C'était l'investissement parfait pour les 75.000 petits actionnaires de Prokon : éthique et ultrarentable. Un peu trop parfait, sans doute, à en juger par les déboires de l'installateur allemand d'éoliennes qui est tombé en faillite la semaine dernière. Fondée il y a dix-huit ans, la société de employant 1.300 personnes a joué un rôle de pionnier dans la transition énergétique allemande. Elle possède 54 champs éoliens et des installations de biomasse. De quoi assurer la bonne conscience de ses actionnaires. Cerise sur le gâteau : Prokon leur promettait des intérêts de 6 à 8 % par an.
La presse allemande avait cependant alerté à plusieurs reprises sur son modèle économique, soupçonné de fonctionner comme une pyramide de Ponzi, les nouveaux actionnaires finançant les rendements des anciens. Son dépôt de bilan, précipité par des échéances de remboursements, jette une lumière crue sur les actions de Prokon, qui sont en fait des « droits de jouissance » ou titres participatifs. Concrètement, l'argent est placé dans un instrument financier donnant droit à un intérêt annuel mais aucun droit de vote.
Avec le risque d'une liquidation imminente, le remboursement du titre participatif risque d'intervenir après les autres créances. Les épargnants détenant des titres Prokon risquent donc la perte totale de leur mise. Au total, 1,4 milliard d'euros. Des cabinets d'avocats s'affairent déjà pour éviter cette issue fatale. Une voie serait de réclamer des dommages et intérêts en clamant par exemple que l'information délivrée dans le prospectus était trompeuse.
Dimension politique
En pleine transition énergétique, et après plusieurs faillites dans le solaire, l'affaire prend une dimension politique. « Nous devons toujours examiner les nouvelles formes de participations de citoyens et la sûreté de tels produits », a déclaré la chancelière, Angela Merkel. Le ministre de la Protection des consommateurs et le ministre des Finances sont censés faire des propositions pour réglementer ce marché financier « gris », légal mais peu réglementé.

Prokon, qui n'est pas isolé, rappelle les excès du Neuer Markt, le marché de la Bourse de Francfort qui avait fermé en 2004 après l'éclatement de la bulle financière.

Thibaut Madelin tmadelin@lesechos.fr Jean-Philippe Lacour. Correspondants à Berlin et Francfort.